Le Catalogue de Justin

1998 – La cabale des magiciens

Polémique – La cabale des magiciens

L’Express – Par Kerchouche Dalila, mis à jour le 03/09/1998 – publié le 03/09/1998

Les prestidigitateurs français partent en guerre contre une série télé qui révèle les trucs du métier.

C’est un des leurs que les magiciens, aujourd’hui, rêvent de hacher menu, d’envoyer en orbite autour de Mars ou de trucider à coups de sabre… Et sans truquage. A quoi bon truquer, d’ailleurs ? Puisque le traître masqué – en fait un prestidigitateur de Las Vegas – a dévoilé devant les caméras de la Fox les secrets des grands illusionnistes: comment léviter sans douleur ou couper une femme en deux. Après avoir fait scandale aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et en Belgique, les bobines de la discorde, achetées par une cinquantaine de chaînes dans le monde, débarquent sur France 3 en fin d’année. Furieux, les mages français réclament leur déprogrammation. En vain: la chaîne refuse de se plier au lobby enchanté.

Du coup, Gilles Arthur, le magicien de Fort Boyard, sur France 2, a revêtu sa cotte de mailles pour défier France 3 et sauver… le droit au rêve. «C’est aussi monstrueux que de tirer la barbe du père Noël un 24 décembre !» s’indigne-t-il. «Connaître l’astuce d’un tour réduit le mystère à une manipulation technique et déçoit terriblement.» Et de menacer: «Plus jamais la magie n’opérera!» Il a tambouriné aux portes du ministère de la Culture, de Matignon et de l’Elysée, où on l’a écouté poliment. «Ce n’est pas Tchernobyl», relativise Alain Vautier, directeur artistique de France 3 et acquéreur des bandes. «Il n’y a ni violence, ni sexe, ni apologie du crime. Nous savons tous que les magiciens ont des trucs. Qui songerait à interdire un document sur les effets spéciaux au cinéma ?» Alors, droit à l’illusion ou droit à l’information ?

Et si le débat ne cachait qu’une querelle de portefeuille? Les magiciens eux-mêmes monnaient leurs secrets dans les livres et les vidéos des boutiques spécialisées. «Mais un ouvrage se vend à quelques centaines d’exemplaires», proteste Guy Lore, magicien au parc Astérix. «En revanche, cette émission touchera des millions de téléspectateurs.» Plus que la révélation des tours, c’est donc de la télé et de sa puissance démystificatrice dont ont peur les illusionnistes, qui, ces jours-ci, agitent moins leur chapeau que le spectre du chômage. «En Belgique, le gouvernement a stoppé la diffusion après le premier épisode», affirme Gilles Arthur. «Intox!» répliquent les chaînes Canal + Belgique et VT4.«Après la diffusion de la série, aucun magicien chômeur n’est descendu manifester dans la rue», ironise Roland Rentmeersters, directeur des programmes à VT4. « 

Electrisée, l’Association française des artistes prestidigitateurs (AFAP) se réunit le 7 septembre 1998 à Paris pour prendre des mesures. «Fusillons-le!» tonne la frange intégriste. D’autres proposent, comme aux Etats-Unis, d’organiser des galas gratuits le jour de la diffusion pour extirper les téléspectateurs de leurs fauteuils. Les plus farfelus, enfin, concoctent déjà l’illusion de leur vie: souffler sur France 3 pour faire disparaître les bandes…

Morax | Guy Lore | Stéphanie de Monaco